Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 16:03

Le 12 juillet 2011, le cinquième rassemblement "journée odonates de la DiR de Metz de l'ONEMA" s'est déroulé dans le département de l'Aube, dans le secteur de Bar-sur-Aube.

14 agents de l’ONEMA ont participé à cette journée, accompagnés de 4 personnes provenant d’organismes liés à la qualité des eaux et à la protection de l’environnement : Sébastien ADIN (SD08), Patrick COLLAVINI, Yves SECHURE et Nicolas PESENTI (SD10), Jean-Pierre RAULIN, Jean-Luc LAMBERT et Cédric MASSON (SD51), Didier DRUART (SD52), François MAIMBOURG et Livier SCHWEYER (SD57), Thierry BUZZI (SD55), Jean-Claude LUMET, Emmanuel PEREZ, Claudia ETCHECOPAR-ETCHART (DiR de Metz), Muriel ROBIN (DREAL Champagne-Ardenne), Lucile DELACOUR (SMAVAS) et Vincent TERNOIS (Société française d’odonatologie et CPIE du Pays de Soulaines).

onema(1)

Les journées d’information Onema : des moments d’échange et de partage pour l’étude et la conservation des libellules (photo V. Ternois)


Cette année, le sujet de la journée porte sur deux anisoptères inféodés aux cours d’eau et particulièrement rares dans le nord-est de la France : l’Aeschne paisible Boyeria irene (Foncolombe, 1838) et le Gomphe serpentin Ophiogomphus cecilia (Fourcroy, 1785). En effet, la consultation en DREAL des listes taxonomiques issues des études IBGN réalisées entre 1988 et 2010, a révélé plusieurs citations de ces deux taxons en Champagne-Ardenne, notamment sur deux sites de prélèvements situés sur la rivière Aube à proximité de Bar-sur-Aube. Si, pour la première espèce, la présence en région ainsi que son indigénat ont été récemment démontrés, il n’en va pas de même pour la seconde qui n’a jamais fait l’objet d’observation.

 

Prospections et résultats

Premier site : Rivière Aube. Commune de Longchamp-sur-Aujon, hameau d’Outre-Aube au pont de la D12, code station IBGN : 03015000. Temps de prospection : 1h30 (10h30-12h00).

Avant de démarrer les prospections, des exemplaires mis en collection d’exuvies des deux espèces recherchées sont présentés aux participants car les investigations porteront principalement sur les dépouilles larvaires de ces deux taxons. Il est toutefois précisé aux prospecteurs de récolter toutes les exuvies d’anisoptères rencontrées afin d’améliorer les connaissances odonatologiques sur ce secteur de la rivière Aube.

Quatre groupes se constituent afin de prospecter, depuis le cours d’eau, les berges des deux rives en amont et en aval du pont de la D12. Chaque groupe inspecte ainsi minutieusement environ 150 mètres de rive. Les exuvies sont donc recueillies sur un linéaire de 600 mètres de rives au total. Le temps, couvert et incertain, est peu propice au vol des imagos et seuls quelques anisoptères sont capturés pendant les recherches, dont notamment une femelle ténérale de B. irene (forme brachycerca) avec une aile atrophiée (voir photo), deux mâles de Cordulegaster boltonii, une femelle émergente d’Onychogomphus forcipatus, une dizaine de Calopteryx virgo, au moins 30 Calopteryx splendens, et une quinzaine dePlatycnemmis pennipes. 70 exuvies d’anisoptères et 8 de zygoptères sont collectées et concernent les espèces suivantes :

Espèce

Quantité

Nombre de mâles

Nombre de femelles

Forme des femelles de B. irene

Boyeria irene

30

18

12

11 brachycerca et 1 typica

Onychogomphus forcipatus

33

 

 

 

Gomphus vulgatissimus

1

 

 

 

Cordulegaster boltonii

6

 

 

 

Calopteryx splendens

7

 

 

 

Platycnemmis pennipes

1

 

 

 

Tableau 1 : Nombre d’exuvies récoltées par espèce sur l’Aube à Longchamp-sur-Aujon

On constate que B. irene est bien implanté sur le site avec en moyenne une exuvie tous les 20 mètres de rive. C’est à ce jour la section de cours d’eau où le plus grand nombre d’exuvies de l’espèce a été collecté en Champagne-Ardenne. Le sexe ratio est à l’avantage des mâles mais on remarque surtout que, chez les femelles, la forme typica est très minoritaire avec une seule femelle de ce type contre 11 de la forme brachycerca. La forme typica semble donc peu représentée dans notre région. Ce constat corrobore les observations réalisées les années précédentes (LAMBERT et TERNOIS, à paraître).

  onema(2)

Femelle de Boyeria irene photographiée à Outre-Aube (photo M. Robin) 


Aucun O. cecilia n’est contacté sur le site malgré les potentialités d’accueil non négligeables. Par contre, parmi les exuvies d’O. forcipatus, on remarque que plusieurs spécimens sont de grande taille (27 mm) et présentent des épines dorsales particulièrement développées et bien « décollées » des parties intersegmentaires. Au premier coup d’œil, on peut avoir facilement l’impression d’être en présence d’une exuvie d’O. cecilia ! De plus, en examinant ces exuvies, on s’aperçoit que le segment 10 est parfois en partie rétracté dans le segment 9, donnant ainsi l’impression que sa longueur est bien inférieure au précédent. Ce dernier critère est pourtant le seul donné pour discriminer les deux genres dans la clé de détermination proposée dans l’ouvrage de Tachet et al., jusqu’à son édition de 2006. Seule la lecture des diagnoses apporte quelques précisions importantes, notamment sur les rapports de longueurs des derniers segments abdominaux. Cette imperfection dans la clé est-elle à l’origine de confusions et des données énigmatiques d’Ophiogomphus dans les listings de macrofaune benthique des IBGN de la DREAL Champagne-Ardenne ? On peut aisément le supposer…

La nouvelle édition de cet ouvrage, datée de 2010, s’affranchit enfin de ce moyen de distinguer Onychogomphus d’Ophiogomphus en fournissant dans la clé un nouveau critère, plus précis et moins sujet à variations, basé sur l’étude des lobes latéraux du front. Cet examen de la forme de ces lobes latéraux était déjà utilisé pour séparer les deux genres par HEIDEMANN et SEIDENBUSCH en 2002, puis a été repris par DOUCET en 2010.
  onema(3)

La collecte des exuvies : une méthode encore peu développée pourtant indispensable pour l’étude des odonates (photo V. Ternois) 

Deuxième site : Rivière Aube. Commune de Dolancourt, lieu-dit La Noue au pont de la N19, code station IBGN : 03017000. Temps de prospection : 1h30 (14h30-16h00).

Quatre groupes se forment à nouveau afin de prospecter 600 mètres de rives (4 x 150 m) en suivant les mêmes consignes que le matin. Les conditions météo sont toutefois légèrement différentes car la pluie vient quelque peu perturber les investigations et limiter l’observation d’imagos. 4 espèces seulement sont donc observées au stade imaginal : 2 femelles émergentes d’O. forcipatus, une vingtaine de C. splendens, une femelle et un mâle de C. virgo, ainsi qu’une vingtaine de P. pennipes. Toutefois, 415 exuvies d’anisoptères sont récoltées récoltées, ainsi que 6 exuvies de zygoptères :

Espèce

Quantité

Onychogomphus forcipatus

410

Gomphus vulgatissimus

5

Calopteryx splendens

4

Platycnemmis pennipes

2

Tableau 2 : Nombre d’exuvies récoltées par espèce sur l’Aube à Dolancourt

Les conditions atmosphériques peu propices à l’observation des imagos n’ont cependant que très peu affecté la collecte des exuvies qui permet, d’emblée, d’apprécier l’importance des émergences d’O. forcipatus sur ce site à cette période de l’année. Aucune dépouille larvaire de B. irene ou d’O. cecilia n’est trouvée, confirmant la faible capacité d’accueil de ce tronçon de l’Aube pour ces deux espèces, estimée dès notre arrivée par le constat de l’indigence de leurs habitats de prédilection (peu de sables et de cailloux, faible représentation des racinaires immergés, ces derniers peu développés) et de leur dégradation (colmatage).

Conclusion

Cette journée consacrée aux odonates est l’occasion de présenter aux participants les principaux objectifs de la Déclinaison régional du Plan national d’actions en faveur des Odonates, ainsi que les problématiques liées à deux espèces prioritaires en région, B. irene et O. cecilia : autochtonie, répartition, potentialités d’accueil et diagnostic de la qualité de leurs habitats sur les cours d’eau de la région, enjeux de conservation… C’est aussi l’opportunité de mener une recherche efficace d’indices de présence (habitats, observation d’imagos…) et, surtout, de preuves de reproduction par la collecte systématique d’exuvies sur deux des stations IBGN de la région où ces taxons patrimoniaux apparaissent sur les listings faunistiques. Il est intéressant de constater que seul B. irene est trouvé, en nombre, sur le premier site alors qu’il ne fait l’objet ici que d’une seule mention sur les listings IBGN. A contrario, O. cecilia n’est identifié sur aucun de ces deux sites alors que ce genre apparaît sur trois années consécutives dans les études IBGN du premier site et une fois sur le deuxième…

L’explication de ce phénomène est cependant certainement assez simple. En effet, des larves d’O. forcipatus, espèce largement présente sur ces deux sites, peuvent souvent être déterminées comme appartenant au genre Ophiogomphus par les déterminateurs s’appuyant sur le critère de la clé proposé dans les éditions de 2006 (et antérieures) de l’ouvrage de Tachet et al. La réédition de ce livre en octobre 2010 propose enfin un critère discriminant beaucoup plus sûr entre les deux genres. Gageons qu’à l’avenir, les erreurs de détermination entre ces deux taxons deviendront anecdotiques. En ce qui concerne l’identification du genre Boyeria, le critère utilisé dans ce même ouvrage reste inchangé par rapport aux différentes éditions et prête donc toujours à confusion, favorisant l’identification du genre Boyeria par rapport aux autres genres d’Aeschnidés. Cependant, le problème est ici légèrement différent. En effet, des études récentes menées en Champagne-Ardenne montrent que B. irene est bien représenté dans la région, notamment dans la moitié sud. Chez les Aeschnidés, c’est l’espèce typique des cours d’eau, les autres genres de cette famille occupant ce milieu de manière bien plus marginale.

onema(4)Les participants à la 5ème journée annuelle consacrée aux odonates de la DiR de Metz de l’ONEMA
(photo J.-C. Lumet)

Jean-Luc LAMBERT (ONEMA - SD. 51)
Vincent TERNOIS (SFO Ch-Ardenne / CPIE du Pays de Soulaines)

Partager cet article

Repost 0
Published by odonates-champagne-ardenne - dans Sorties - formations
commenter cet article

commentaires

Rechercher