Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 21:47

Depuis plusieurs jours, de nombreuses observations de Leucorrhinia pectoralis ont été rapportées de Flandres, du Nord-Pas-de-Calais, de Picardie, de Haute-Normandie, d’Alsace… (infos forums Boyeria, Obsalsace, Obspicardie…). Cette multiplication des données laisse à penser qu’il y a un phénomène « invasif » en cours. Dans le Nord-Pas-de-Calais, cet afflux s’est accompagné de l’observation de Leucorrhinia rubicunda (C. Vanappelghem/Sfo, com. pers.)

La Champagne-Ardenne n’est pas en reste puisque L. pectoralis a déjà été identifié sur 7 sites ces 5 derniers jours : Chaourçois, PNR de la Forêt d’Orient, Nord-est aubois, Perthois, Argonne, Côte d’Ile-de-France (infos : R. Desmet, I. Piryns, P. Collavini, A.Villaumé, A. Antoine, J.-L. Lambert, V. Ternois) alors qu’il n’avait été observé qu’à deux reprises au cours des 20 dernières années (source : INVOD-CILIF / Sfo). Ces observations ont été réalisées sur des étangs piscicoles mais aussi sur une ancienne gravière réaménagée et sans poissons. Pour plusieurs de ces sites, les caractéristiques essentielles de l’habitat de L. pectoralis sont rassemblées et une implantation durable est possible. A suivre…

Lpectoralis.jpg

Femelle de Leucorrhinia pectoralis après avoir pondue sur un étang du nord-est aubois le 29 mai 2012 (V. Ternois)

Plus extraordinaire encore est la découverte ce 02 juin d’un mâle de L. rubicunda, espèce nouvelle pour la région Champagne-Ardenne, sur un étang d’Argonne par Ingrid Piryns et Rik Desmet. Cette espèce, est assez proche de L. pectoralis et L. dubia et il convient donc d’être prudent dans la détermination !

Lrubicunda.jpg

Leucorrhinia rubicunda observé sur un étang d’Argonne le 02 juin 2012 (I.Piryns et R.Desmet)

Nous ne pouvons donc que vous inviter à prospecter un maximum de sites dans les jours à venir en privilégiant les plans d’eau (étangs piscicoles, gravières, mares…) présentant un stade intermédiaire d’atterrissement (densité importante d’hydrophytes) ou dont la ceinture végétale est ponctuée de « trouées » favorables à L. pectoralis (l’espèce délaisse les grandes surfaces d’eau libre). Si pour l’instant, la présence de cette espèce est (probablement) liée à un afflux exceptionnel, la plupart des observations concernent des sites où l’espèce est susceptible de s’y maintenir durablement.

Alors, à vos jumelles et appareils photos (attention, L. pectoralis est une espèce protégée et sa capture, même temporaire, nécessite une autorisation) !

Vincent TERNOIS, Jean-Luc LAMBERT, Rik DESMET et Ingrid PIRYNS

Partager cet article

Repost 0
Published by odonates-champagne-ardenne - dans Observations odonatologiques
commenter cet article

commentaires

Rechercher