Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 14:59

mercuriale
Coenagrion mercuriale
, communément appelé l’Agrion de Mercure, est l’une des quatre espèces de libellules protégées présente en région Champagne-Ardenne.

Dans la première synthèse cartographique régionale (1), l’espèce était déjà connue des quatre départements mais avec des noyaux plus ou moins localisés autour de la Montagne Châtillonnaise, le nord-est Haut-marnais et l’Argonne. Les populations semblent isolées et de faibles importances. Seul le Plateau de Langres abrite d’importants effectifs (2).

On notera qu’une seule donnée était disponible pour l’Aube dans la synthèse du programme INVOD (3). Pourtant, les prospections menées depuis le début des années 2000 ont permis d’identifier un nombre important de stations dans le nord-est aubois, dont le Parc naturel régional de la Forêt d’Orient (4). Une sous-évaluation de la distribution de C.mercuriale à l’échelle régionale est avérée.

Dans la région, l’espèce se reproduit sur des ruisseaux calcaires, marais et tourbières alcalins. De nombreuses stations ont été découvertes ces dernières années sur des drains en bordure de routes ou de chemins qui constituent des habitats de substitution importants.

En raison de son statut (espèce protégée et inscrite à l’annexe II de la Directive Habitat), C.mercuriale fait partie des espèces considérées comme prioritaires du Plan national d’actions en faveur des Odonates et pour lesquelles des actions d’améliorations des connaissances doivent être réalisées dans les régions. Dans le cadre de la mise en œuvre de la déclinaison régionale pour la Champagne-Ardenne, il a été jugé nécessaire de poursuivre l’effort d’inventaire pour mieux connaître la distribution régionale de l’espèce, en particulier sur les secteurs sous-prospectés (action A.6.).

C’est à ce titre que les premières prospections ciblées ont été menées en 2012 par le CPIE du Pays de Soulaines dans l'Est aubois et une partie de la Haute-Marne permettant d'identifier l'espèce sur 45 nouvelles localités (d'après la base de données régionale INVOD/CILIF) dont 38 haut-marnaises, 6 auboises et 1 marnaise (NB : les premiers relevés ont été réalisés en 2011 parallèlement aux prospections réalisées sur certains cours d'eau pour d'autres espèces de la déclinaison régionale).

Ce travail s'est poursuivi en 2013 avec des recherches complémentaires réalisées en Haute-Marne mais aussi avec les premières prospections menées dans les départements de la Marne et des Ardennes par la LPO Champagne-Ardenne et le Regroupement des Naturalistes Ardennais. Et les résultats ont été, une nouvelle fois, au rendez-vous puisque 64 données de C.mercuriale ont été enregistrées par le "Collectif régional" et l'espèce a été identifiée sur 45 nouvelles localités  : 11 dans les Ardennes, 4 dans l'Aube, 12 dans la Marne et 18 en Haute-Marne.

  Mercuriale2 2011 2013Bilan des prospections et observations de C.mercuriale réalisées dans le cadre de la Déclinaison régionale de 2011 à 2013 (données des contributeurs CILIF incluses)

 

Depuis le lancement de la déclinaison régionale du PNA Odonates en 2011, en intégrant les données transmises par les structures partenaires et celles des contributeurs à l'Observatoire régional des Odonates (données CILIF), C.mercuriale a été observé sur 108 nouvelles localités. Cela porte donc à 219 le nombre de communes référencées pour cette espèce dans la base de données régionale.

Bien qu'il reste encore du terrain à couvrir, les prospections 2012 et 2013 ont déjà permis d'affiner la carte de distribution de l'espèce notamment en confirmant sa fréquence sur une bonne partie du département de la Haute-Marne ainsi que sur l'ensemble de la Champagne Humide.

Mercuriale2011 2013Evolution de la distribution régionale de C.mercuriale entre 2011 (à gauche) et 2013 (à droite)


Aidez-nous en 2014 !

Si les données enregistrées ces dernières années permettent déjà de dresser une carte plus aboutie, nul doute que l'espèce est bien mieux répartie en région que ce que laisse entraperçevoir la synthèse 2013. En effet, bon nombre de secteurs de cours d'eau, de zones de sources de la Marne, de l'Ouest ardennais ou encore de l'Ouest aubois sont susceptibles d'abriter de petites populations de C.mercuriale. Malgré notre motivation et du temps affecté à cette action (une dizaine de jours par département), il ne sera pas possible de couvrir efficacement l'ensemble de la région d'ici la fin de la période d'animation de la déclinaison régionale. La mobilisation des bénévoles est donc nécessaire pour achever ce travail.

Pas besoin d'être un grand spécialiste pour cela. En effet, en raison du dessin très particulier qui orne l'abdomen des mâles (la fameuse "tête de taureau"), cette espèce est l'une des plus facile à identifier. Par contre, il convient de cibler les prospections sur les secteurs les plus favorables à l'espèce, à savoir les petites rivières ensoleillées fournies en Cresson de fontaine, Véronique des ruisseaux, Myosotis.... ainsi que les petits drains en bordure des routes ou des chemins agricoles... Dans bien des cas, son milieu de prédilection s'exprime préférentiellement en marge des grandes rivières, ces dernières étant le plus souvent trop fermées pour son développement. Si l'habitat est favorable et que l'espèce est là, il ne faut guère plus de 5 minutes pour observer les premiers imagos.



DSC04063Station d'Agrion de Mercure découverte le 01 juillet 2013 à Cirfontaines-en-Azois (52)


Cette libellule peut être observée depuis la deuxième décade du mois de mai, parfois dès la fin avril lors de printemps particulièrement chauds, jusqu’au début du mois d’août. Il est tout de même préférable d'effectuer les prospections au pic d'activité de l'espèce, à savoir de la mi-juin à la mi-juillet. Les imagos sont à rechercher directement au-dessus de la végétation aquatique.

Attention, cette espèce étant protégée en France, il est formellement interdit de la capturer sans autorisation. Dans bien des cas, une photographie permet de valider l'identification.

Vincent TERNOIS
Société française d'Odonatologie (Champagne-Ardenne)
Coordinateur de la Déclinaison régionale du PNA Odonates
/c CPIE du Pays de Soulaines



(1) : COPPA G., 1990. Eléments cartographiques et écologiques sur les Odonates de Champagne-Ardenne. AGURNA (Troyes), 92 pp + annexes.
(2) : [COPPA G., 2004 in DIREN, 2004. Orientations Régionales de Gestion de la Faune Sauvage et d’amélioration de la qualité de ses Habitats (ORGFH). Annexes Insectes. DIREN Champagne-Ardenne : 29-36.]
(3) : DOMMANGET C., T. et J.-L. (coord.), 2002. Inventaire cartographique des Odonates de France (Programme INVOD). Bilan 1982-2000. Martinia 18, suppl. 1 ; juin, 68 pp.
(4) : TERNOIS V., FRADIN E. et GAUTIER C., 2005. Atlas préliminaire des odonates du Parc naturel régional de la Forêt d'Orient (1998-2005). Cour. scient. du PnrFO, 28. 84 pp.

Partager cet article

Repost 0
Published by odonates-champagne-ardenne - dans Observations odonatologiques
commenter cet article

commentaires

Rechercher