Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Depuis 1982, la Société française d’Odonatologie (Sfo) coordonne un inventaire cartographique des odonates de France. Il s’agit du plus important inventaire pour l’entomologie française par le nombre de données réunies (environ 215 000) grâce à un réseau de près de 1 200 observateurs bénévoles.

Sous l’impulsion de Gennaro Coppa, la Champagne-Ardenne a été l’une des premières régions les plus impliquées dans l’alimentation du programme INVOD. Avec l’aide d’une poignée de naturalistes (M. Artoisenet, P. Goffart, P. Grangé, T. Noblecourt, A. Sauvage et M. Tailly) ce dynamisme régional a conduit à la publication des « Eléments cartographiques et écologiques sur les Odonates de Champagne-Ardenne » (COPPA, 1990). Cet ouvrage, qui était jusqu'alors le seul document de référence pour la région, fait le point de la distribution, de la phénologie et des exigences écologiques de 62 espèces.

Après plusieurs années pendant lesquelles la contribution régionale au programme INVOD s’est limitée au strict minimum, une nouvelle dynamique est relancée en 2002. A cette date, plusieurs naturalistes se sont essayés à l’étude des libellules contribuant ainsi à l’amélioration des connaissances régionales. Au fil des années, de nombreuses données ont été collectées et le statut de certaines espèces a pu être revu. Quatre espèces ont même fait leur apparition (Leucorrhinia caudalis, Leucorrhinia rubicunda, Boyeria irene et Hemianax ephippiger).

Vingt ans après la première synthèse cartographique régionale, il est de plus en plus évident que certaines espèces ont fortement régressé. Recalibrage de rivières, surempoissonnement des étangs, drainage, comblement des mares, pollutions, fermeture des milieux… sont autant de facteurs qui conduisent à l’appauvrissement de notre faune odonatologique. Plusieurs espèces sont au bord de l’extinction ou se trouvent dans un état de conservation défavorable.

D’autres au contraire semblent jouir de conditions de plus en plus favorables à leur développement. Plusieurs espèces sont aujourd’hui fréquentes sur notre territoire alors qu’elles étaient absentes ou occasionnelles par le passé. Est-ce là les effets du réchauffement climatique annoncé ou simplement une dynamique normale de certaines populations ?

Face à ces évolutions, il s’avère aujourd’hui important de faire un nouveau point sur l’état des connaissances régionales.

On notera que les cartes de synthèses ci-jointes ont été réalisées à partir des informations transmises depuis 1982 à la Sfo, données collectées dans le cadre des programmes INVOD et CILIF. Malgré l’importance du nombre de données collectées, ce travail ne peut être considéré comme représentatif de l’état actuel des connaissances régionales. En effet, de nombreuses données collectées dans le cadre de l’inventaire ZNIEFF, du Réseau Natura 2000, des études d’impacts… ne sont pas toutes, pour ne pas dire « pratiquement pas », intégrées au travail cartographique de la Sfo.

L’éparpillement des données est un mal récurrent de la plupart des disciplines naturalistes. C’est pourquoi nous nous sommes efforcés ces dernières années de motiver le plus grand nombre d’odonatologues, professionnels ou bénévoles, a alimenter la base de données régionale. Cette version provisoire de l’Atlas des odonates de Champagne-Ardenne est donc avant tout le fruit de votre travail et nous vous en remercions.

Mais l’aventure ne fait que commencer. L’état de conservation de plusieurs espèces patrimoniales pour la région est très préoccupant. Ce document ne doit pas être considéré comme un bilan des prospections passées mais bien un point de départ d’une nouvelle dynamique odonatologique régionale. La mutualisation de nos données est aujourd’hui primordiale, celle-ci permettra demain d’organiser et de planifier des programmes de conservations adaptés.

Vincent TERNOIS
Société française d'odonatologie (Champagne-Ardenne)

Partager cette page

Repost 0
Published by

Rechercher